contes-de-la-pieuvre-bandeau
content
content

Les contes de la pieuvre - Découvrez l'interview de Gess

Paru le 13.04.2021
Focus Auteurs, L'actu BD

Que de chemin parcouru depuis Teddy Bear, presque de 30 ans de carrière, excusez du peu ! Gess ne s'est pour autant jamais contenté de tracer un sillon unique puisque sa bibliographie explore plusieurs genres de la SF (Carmen Mc Callum, Jour J ou M.O.R.I.A.R.T.Y), la fantasy (Conan), le merveilleux scientifique (La Brigade Chimérique, l’Homme Truqué, L’œil de la nuit) ou même le manifeste (L’esprit du 11 janvier). Il a tour à tour tenu le rôle de scénariste ou de dessinateur et il a su se réinventer en prenant un virage graphique d’une fraîcheur incroyable.

Il revient aujourd’hui avec Célestin et le cœur de Vendrezanne, troisième tome des Contes de la Pieuvre, cet univers à la frontière du Sin City de Frank Miller et du Rue des Maléfices de Jacques Yonnet.

 

NB : découvrez tout l’univers des Contes de la Pieuvre dans le document en lecture ci-dessous, à la fin de l’interview ou sur ce lien.

Auteurs

Ce Paris fantasmé, où les protagonistes rappellent les personnages dotés de Talents des Chroniques d’Alvin le Faiseur que tu as illustré par le passé, semble issu d’un énorme travail de longue date. On sent qu’il y a de la matière. Tu le portes en toi depuis combien de temps ?

Mes personnages dotés de Talents, me semblent plus proches des deux excellents westerns fantastiques de Mark Sumner, le Train du diable et la Tour du Diable, également et merveilleusement traduits par Patrick Couton.

Avant, j’ai lu et intégré ce terme de "Talent" dans les contes et légendes des régions de France et d’autres contes que je dévorais gamin ! "Talent" me paraissait plus approprié que "Pouvoir", ça collait bien avec Les contes de La Pieuvre. Ce mot entraîne inconsciemment vers le fantastique, la magie, l’étrange et nous écarte de nos cousins anglo-saxons avec leurs "super-pouvoirs". Les "Talents", dans mon univers, ne sont pas forcement extraordinaires, puisqu’il y a aussi des Talents de Rebouteux ou de Mains-vertes proches de ceux existant vraiment, ils apportent une poésie et un certain réalisme...

contes-de-la-pieuvre-double-visuel-a1

Mais pardon, je digresse ! Si tu trouves que c’est quelque chose que je porte en moi depuis longtemps, alors merci, j’ai réussi mon coup !!! Pour répondre à ta question, j’ai commencé les contes par La malédiction de Gustave Babel en 2010, sans idée préconçue. Formellement, j’en avais assez des albums formatés. Je voulais partir sur une histoire sans pagination prédéterminée, sans me soucier du dessin. J'avais juste envie de me faire plaisir, avec un format qui m’était confortable : le A4 ! J’ai donc commencé, page par page, sans savoir où j’allais, avec le postulat suivant :

contes-de-la-pieuvre-double-visuel-b1

"Début du XXè siècle, un tueur international, polyglotte, amoureux des Fleurs du mal de Baudelaire, travaille pour une mafia parisienne, La Pieuvre, tenue d’une main de fer par 4 personnages à Talents : L’Œil, Le Nez, L’Oreille et La Bouche. Le hic, c'est qu’il n’arrive plus à tuer ses cibles, puisqu’elles meurent avant qu’il les supprime ! "

Découvrir La Malédiction de Gustave Babel

Quand je crée un personnage, je ne peux pas m’empêcher de lui inventer une biographie. Donc, en dessinant ces pages, j’ai cogité sur lui et vers la quinzième planche, l’univers des Contes de la Pieuvre m’est tombé dessus, comme si une partie de mon inconscient s’ouvrait à eux. Toute l’histoire de Gustave Babel s’est déroulée dans ma tête, mais aussi quelques autres : Trouveur, Célestin, Mama et les Sœurs, l'Hypnotiseur... ainsi qu’une tripotée de Talents pas encore exploitée. À chaque histoire, un personnage différent avec un Talent différent, en bisbille avec cette terrible Pieuvre. Chaque récit est autonome mais peut s’imbriquer dans les autres.

J’ai donc écrit ces courts synopsis pour mémoire et j’ai commencé sérieusement à construire celui de Babel. Je l'ai proposé à David Chauvel, avec qui j’avais envie de travailler sous sa casquette d’éditeur. Il a été partant immédiatement, mais à l’époque, ce genre de livre était rare et considéré comme difficile à vendre, j’ai donc tout rangé dans un carton. Puis les choses ont évolué, les formats sont devenus plus variés, plus faciles à fabriquer et mieux acceptés par le lectorat. C’est comme ça qu’en 2016, David m’a contacté pour publier le premier conte : La malédiction de Gustave Babel, un récit des contes de la Pieuvre !

La documentation pour l’élaboration de cet univers semble titanesque et j’imagine a dû construire ton imaginaire. À quel point tu peux-tu te reposer dessus et n’est-ce pas difficile de s’en détacher pour y insuffler de l’imaginaire, du fantastique ?

Je mélange les deux dans les contes et avec plaisir !

Quand j’ai commencé, en 2009-2010, je n'étais pas un grand connaisseur de Paris, je cherchais de la documentation pour la Brigade Chimérique et j'ai découvert des tonnes de photos d’un Paris encore plus vieux : celui du XIXe et début XXe. Des cartes postales, mais surtout le travail d’Eugène Atget et Charles Marville, qui l’ont cartographié, chacun à sa façon. Une atmosphère fantastique se dégage de leurs photos. Je suis tombé amoureux de leur Paris.

contes-de-la-pieuvre-double-visuel-a2

En parallèle, je lisais Rue des Maléfices de Jacques Yonnet, qui décrit un Paris populaire, légèrement fantastique et voyou, qui m’a enchanté. À partir de là, oui, j’ai beaucoup lu sur l’époque ! Saviez vous qu’a la fin du XIXe siècle, on cultivait des melons sous cloches dans les arrières-cours, qu’on pouvait manger dès avril ?! Et puis, il y a le début des mouvements sociaux, l'industrialisation, etc.

contes-de-la-pieuvre-double-visuel-b2

J’utilise la documentation comme décor, mais aussi comme moteur : en découvrant le terrible hiver de 1879/1880 j'ai généré l'histoire de la bande des Asticots dans les égouts, à l'origine des aventures de Célestin (l'effet papillon, en somme), et toute l'ambiance, très neigeuse de l'album. De même, l’existence des Sœurs de l’Ubiquité a été étayée par mes lectures sur les luttes des communardes et les terribles conditions de vie des femmes dans les maisons closes, écrasées par le patriarcat de l’époque.

Donc tout interagit : la documentation me donne ou enrichit mes intrigues. Les histoires de mes personnages trouvent leurs poids dans des événements, des lieux, des actions sociales ou politiques de cette époque.

Les Contes de la Pieuvre sont des histoires feuilletonnantes qui se recoupent, un récit choral qui laisse entrevoir la complexité d’un univers riche. Chaque tome peut être lu indépendamment des autres mais y en a-t-il un qui introduit l’univers plus facilement ? Par quel livre commencer ?

Hum, c’est très variable selon les personnes.

Le premier - La malédiction de Gustave Babel - pose les bases du ton général : une certaine poésie, une tendresse, mais aussi la violence inhérente aux polars et aux romans noirs, le tout, mâtiné de fantastique. Mais c’est un récit plutôt introspectif. Je l’apparente à un bon vieux blues, où l’Hypnotiseur ferait figure du Diable à la croisée des chemins, ha, ha !

Retrouvez La Malédiction de Gustave Babel

Le second - Un destin de Trouveur - se passe 15 ans plus tôt que Babel, il est plus ouvert sur l’univers et le Paris que je mets en place. Nous sommes dans l’aventure, le polar teinté de romantisme, de réalisme social et, bien sûr, de fantastique. Plus classique dans sa narration, il est plus facile d’accès. Pour rester dans la référence musicale, le côté récit choral de cet album et sa dramaturgie me font penser au Carmina Burana de Carl Orff.

contes-de-la-pieuvre-citation1

Le troisième - Célestin et le Cœur de Vendrezanne - se déroule encore plus en arrière dans le temps qu'Un destin de Trouveur, une petite vingtaine d’années, est beaucoup plus ancré dans le fantastique. J’avais envie de montrer le fonctionnement de La Pieuvre et de leur "bureau", l’auberge, par le biais du serveur des lieux, Célestin et de son Talent, si particulier visuellement. Célestin et le Cœur de Vendrezanne m’a permis de jouer avec des références aux albums précédents et suivants. Il montre aussi une autre facette de leurs activités, le Cabaret Monstrueux ! Musicalement, j’entends plutôt du Charles Trenet, pour sa fantaisie, sa folie, même quand il évoque des choses terribles....

Pour te répondre précisément, pour l’instant - Un destin de Trouveur - est le plus abordable et représentatif des Contes de La Pieuvre.

Découvrez ce titre
contes-de-la-pieuvre-citation2

Ce format plus petit à forte pagination semble te convenir parfaitement pour t’exprimer. Est-ce que c'est une demande de ta part ? Qu’est ce que tu y trouves par rapport à un format classique 48 pages ?

Mes originaux sont au format A4, donc petits pour des albums dits "classiques". De plus, un grand format avec une pagination aussi importante mettrait les Contes de la Pieuvre hors de portée de bien des bourses. La pagination conséquente a donc imposé le format... J’ai toujours préféré les bouquins avec une histoire complète, pas tronçonnée en "chapitres" contraints de 46 pages. Le format d’environ 200 pages me permet de développer mes histoires et d’y immerger le ou la lectrice. Je peux choisir la dimension de mes chapitres, influer sur le tempo, m’attarder sur des personnages secondaires qui viennent enrichir l’intrigue principale.

Sans trop en dévoiler, allons-nous en savoir un peu plus sur la mythologie de cet univers ? Allons-nous voyager plus loin sur la planète ou dans le temps dans le tome 4 ?

Nous allons ré-avancer de dix-huit ans dans le temps par rapport à Célestin et le Cœur de Vendrezanne, pour nous retrouver un peu après Destin de Trouveur et nous balader de Paris à Londres... entre autres.

Découvrez Un Destin de Trouveur

Retrouvez les Contes de la pieuvre en librairie

La Malédiction de Gustave Babel

Un récit des contes de la Pieuvre
Paru le  25.01.2017

Un destin de trouveur

Un récit des contes de la Pieuvre
Paru le  10.04.2019
Un destin de trouveur
Un destin de trouveur Un récit des contes de la Pieuvre
Découvrez l'album

Célestin et le Coeur de Vendrezanne

Un récit des contes de la Pieuvre
Paru le  14.04.2021
arrow
arrow

Découvrez l'univers des Contes de la Pieuvre