Comment se portent les Pieds Nickelés en 2009 ?
Oiry : Leur santé est florissante, merci pour eux ! Il suffit d'aller sur Internet pour constater que l'expression "Pieds Nickelés" est souvent utilisée, notamment par les journalistes qui écrivent sur les faits divers.

Qu'est-ce qui vous a donné envie de reprendre ces personnages ?
Trap : Nous en parlions déjà voilà une quinzaine d'années, à une époque où nous réalisions ensemble un fanzine. Notre ami Gwen de Bonneval nous a beaucoup encouragés. Lors du Festival d'Angoulême de 2008, il nous a dit : "Arrêtez d'en parler, faites-le !", et nous avons décidé de nous lancer...

En quoi ce trio vous séduit-il ?
Trap : Les Pieds Nickelés nous ont toujours marqués car ils ne ressemblent pas aux autres personnages de bande dessinée. Ils ne sont pas lisses comme le sont certains héros. Enfant, quand je lisais leurs aventures, j'avais l'impression de lire de la BD pour adultes...

Ils restent des héros contemporains malgré leur statut de "centenaires" ?
Oiry : Les années 80 leur convenaient moins. Mais aujourd'hui, dans un monde de plus en plus dur, ils redeviennent modernes. Les Pieds Nickelés s'épanouissent dans les situations de crise, et vivre en marge est à nouveau d'actualité...

Pourquoi avoir choisi le thème du logement pour leur grand retour ?
Trap : Parce que c'est un sujet inépuisable ! Nous avons démarré notre album comme Louis Forton avait débuté sa toute première histoire : Croquignol sort de prison et se demande où il va dormir. La survie, c'est vraiment le problème récurrent des Pieds Nickelés... En nous documentant, nous avons d'ailleurs découvert que le mouvement anarchiste, notamment à l'instigation de Georges Cochon, s'y est intéressé de près en imaginant dès les années 1910 les squats, les déménagements "à la cloche de bois" et les occupations d'hôtels particuliers.

Les aventures des Pieds Nickelés ont souvent fait référence à l'actualité de leur époque. Vous souhaitez perpétuer cette tradition ?
Oiry : L'actualité est en effet notre principale source d'inspiration, mais de manière décalée pour ne pas risquer d'être trop vite démodés. Nous nous inspirons du "fond de l'air" du moment plus que de faits divers. Dans le prochain album, Ribouldingue a une crise d'éternuement dans un bar et déclenche un vent de panique à cause de la grippe A. En réalité, il est devenu allergique à l'alcool ! Et comme il refuse d'arrêter de boire, il se convertit au "bio", ce qui n'est pas le cas de Croquignol et Filochard... Mais notre première préoccupation reste de raconter une histoire.

Les Pieds Nickelés sont-ils toujours "anars" dans l'âme ?
Oiry : Ils ont une réputation d'anarchistes mais il s'agit d'une facilité de langage. Même dans les histoires de Forton, rien ne justifie vraiment cette étiquette d'"anars". Les vrais anarchistes sont souvent militants, ce que n'ont jamais été les Pieds Nickelés...

Trap : Ils ne sont pas là pour sauver la veuve et l'orphelin ! Ils peuvent se mêler d'une situation qui leur paraît injuste à condition de ne pas s'en trouver pénalisés. La critique de la société reste présente chez les Pieds Nickelés, mais elle est surtout le fait des personnages secondaires. Eux ne sont vraiment pas des militants dans l'âme !

Les jeux avec le langage tiennent une place importante dans l'album, entre argot savoureux et calembours...
Trap : Forton utilisait déjà un argot qui se pratiquait vingt ou trente ans plus tôt et nous avons souhaité conserver ce vocabulaire un peu daté. Nous ne voulions pas que les Pieds Nickelés s'expriment en verlan ! Quant aux jeux de mots, ils constituent tout simplement un des moteurs du comique.

Vos Pieds Nickelés se révèlent plutôt sympathiques...
Oiry : Au départ, nous avions l'intention de refaire d'eux des héros "mal élevés", presque antipathiques. Mais cela s'est révélé plus compliqué que prévu car ils sont depuis longtemps devenus sympathiques aux yeux des lecteurs. Notre tendresse pour les personnages a été la plus forte, et nos Pieds Nickelés sont finalement plus sympas que nous l'aurions souhaité ! Je crois que nous aurions du mal à faire d'eux de vrais méchants... Ils sont individualistes et opportunistes, mais ce ne sont pas des salauds.

Pensez-vous les faire évoluer au fil de leurs prochaines aventures ?
Oiry : Nous aimerions creuser un peu plus les personnages car leur psychologie a toujours été sommaire. Nous allons par exemple introduire des relations conflictuelles au sein du trio...

Trap : Nous allons faire en sorte de les différencier. Nous souhaitons développer leur psychologie, sans pour autant donner dans le film d'auteur à la française ! Oiry : Nous continuons à réfléchir sur leur personnalité et nous n'avons pas fini de les faire évoluer. Il nous faudra sans doute plusieurs albums pour aller au bout de cette démarche. Nous tenons à montrer que ces personnages n'ont rien de désuet et qu'ils sont toujours vivants. Je crois que nous sommes restés fidèles à l'esprit des Pieds Nickelés, ce qui est le plus important.