Le Concours est terminé !

Dans la mouvance des blogs BD, Madeleine Martin croque les instantanés sucrés-salés de la vie. Au menu : humour et tendresse. À travers une galerie de personnages attachants, Mady détourne à merveille souvenirs d'enfance, films marquants, attaques d'extraterrestres ou acquisition d'une nouvelle paire de bottes ! Sans oublier le partenaire sans nom avec qui la vie de couple est des plus pittoresque… Et, bien sûr, le chat Moustache. Un blog, puis un livre, Madeleine Martin nous raconte la genèse de ses projets.

Ce blog est arrivé un peu par hasard. De quelle façon es-tu devenue blogueuse ?
C'est une longue histoire. J'ai ouvert un blog sur Overblog. J'étais en veine d'expérimentation, d'expression. C'était une période de ma vie où je tournais en rond professionnellement et je me suis dit qu'il fallait que je m'exprime, que je fasse quelque chose de personnel, de ludique, et mon compagnon m'a conseillé de faire un blog. J'y ai réfléchi, me demandant si on allait me taxer de suivisme car tout le monde fait son blog… Mais finalement, c'était le support idéal, souple, immédiat, interactif, alors je me suis lancée. J'ai fait quelques notes, et puis j'ai laissé tombé pendant deux mois. Quand j'y suis retournée, je me suis rendue compte que des lecteurs avaient laissé des messages, se demandant pourquoi je n'avais pas continué. J'ai donc repris le blog et y ai raconté des histoires sur mon enfance, et ça a pris comme la mayonnaise !

Tu es totalement autodidacte, sans aucune formation dans ce domaine, et ton dessin est très élégant. Comment s'improvise-t-on dessinatrice ??
J'ai toujours dessiné, depuis que je suis toute petite. Quand j'étais ado, je faisais des fanzines de bd. Le blog, c'est un peu l'extension de ça, c'est de l'auto-publication. C'est la même démarche que lorsque j'étais adolescente.

Pourquoi as-tu eu envie de publier ce blog sous forme d'album aujourd'hui ?
Je suis contente de le publier parce j'avais envie d'en faire un bel objet. Je considère le livre comme un objet, car je suis attachée au papier. Ce n'est pas la même démarche que la mise en page pour le blog. J'ai modifié certains textes, et il y a une dizaine d'inédits, plus les chapitres et les illustrations. J'ai notamment supprimé des notes qui faisaient trop blog, j'en ai refaites certaines, j'ai ajouté des cases à d'autres, et j'ai tout remis en page !

Comment as-tu rencontré ton éditeur, David Chauvel ? C'est lui qui est allé te chercher sur la toile ?
Je l'avais déjà rencontré et je lui ai transmis un lien vers mon blog ne sachant pas trop ce qu'il allait en penser, et il m'a contacté en me disant : « Est-ce que tu veux en faire un bouquin ? ».

As-tu accepté tout de suite ?
Oui ! En fait, je ne pensais pas forcément publier le blog, mais je voulais faire de la bande dessinée, et David pensait que le blog était propice. Il y a un vrai phénomène de mode, je participe à une mouvance évidente de la publication du blog sur format papier. J'ai conscience que c'est la raison pour laquelle ça a été si facile, car tout s'est fait très vite.

Dans ton livre (et donc dans ton blog), tu parles de la vie quotidienne de ton personnage, de ses amis, de son chat, mais toujours avec beaucoup d'humour. C'est la clé pour parvenir à raconter tes histoires ?
Ah oui, c'est très important ! Ce que je souhaite, c'est divertir, et que les lecteurs prennent vraiment du plaisir à lire. Et effectivement, l'humour et l'autodérision sont des qualités qu'il faut cultiver, et c'est souvent un très bon vecteur pour trouver une résonance chez les gens : les faire sourire, ou rire, tout bêtement. C'était mon but.

Tu racontes des histoires qui te ressemblent. Comment distingues-tu ton personnage de ta propre vie ?
Tout n'est pas vrai, c'est extrêmement fictionnel. C'est important de bien distinguer ce qu'on raconte de notre vie privée, de créer des personnages à partir des gens qui nous entourent, et de s'inspirer d'événements de notre vie quotidienne sans pour autant être fidèle à la réalité. Il s'agit d'améliorer un peu la vérité.

L'album s'appelle Les Madeleines de Mady. Est-ce vraiment lié à ton amour pour Marcel Proust ?
Non, car je n'ai pas lu À la recherche du temps perdu. Mais tout le monde m'en a parlé, ma famille, mes amis. Ca fait référence à l'expression «c'est une vraie madeleine» car mes histoires
parlent des souvenirs, pas uniquement, mais il y en a toujours un, même s'il est
de la journée. Je pars de cette matière, la mémoire, le souvenir, l'anecdote. Je pense
qu'il y a un réel plaisir à se remémorer les choses et j'invite les gens, à travers
mes notes, à faire de même. Et puis, il y a mon prénom (Madeleine),
ça résonnait comme une évidence.



© 2010 Guy Delcourt Productions - Mady

Règlement du concours (extrait) :
Le présent concours est ouvert uniquement aux résidents de France Métropolitaine. Il est organisé par les Éditions Delcourt. Une seule participation par foyer (mêmes nom et adresse) est acceptée. Il dure du 31 mars au 30 avril 2010 et récompense 30 gagnants. Du 1er au 30ème lot : un album "Les Madeleines de Mady" et un mug collector "Les Madeleines de Mady".
Il est impératif de renseigner l'intégralité des champs du formulaire pour valider sa participation. Chaque gagnant sera averti par mail et devra envoyer par retour de mail une confirmation. Dans le cas contraire et sans réponse de celui-ci avant 15 jours, le gagnant suivant sera désigné. Les lots devront être acceptés comme tels, et ne pourront en aucun cas être remboursés ou échangés.
Les Éditions Delcourt se réservent le droit d'écourter, de proroger, de modifier ou d'annuler le présent concours si les circonstances l'exigent. Le règlement complet du concours est disponible sur simple demande écrite (Éditions Delcourt, 54 rue d’Hauteville - 75010 Paris).
La participation à ce concours implique l'acceptation sans restriction ni réserve du présent règlement et emporte l'autorisation de publier le nom des gagnants sur le site www.editions-delcourt.fr.