"Si Dylan fascine autant, c'est d'abord, bien sûr, par l'extraordinaire richesse de son œuvre. Du Protest Song violent et engagé à la chanson intimiste déchirante, ses centaines de compositions n'auront jamais fini de nous dévoiler leurs beautés.
Mais il y a aussi le ‘mouvement' que Dylan a su donner à sa vie comme à ses créations. Plus que tout autre, Dylan surprend. Il n'est jamais là où on l'attend. À peine intronisé héros de la folk music, il fait scandale en passant au rock. Devenu malgré lui l'emblème d'une génération révoltée, il lui tourne le dos en s'enfermant dans sa maison pour enregistrer des chansons intimistes. On le sait musicien, voilà qu'on le découvre peintre, récemment exposé en Allemagne. Nul n'ignore qu'il est un immense poète (régulièrement pressenti pour le prix Nobel), mais qui l'aurait cru aussi bon écrivain, capable de livrer une étincelante autobiographie ? Et qui aurait imaginé que cette star animerait humblement, chaque semaine, une émission de radio où il exhume des trésors de la musique américaine ?

Avec Dylan, toutes les pistes se brouillent ou s'emmêlent. Sur scène, il réinterprète ses chansons au point, parfois, de les rendre méconnaissables.
Il fait 200 concerts par an au cours d'une tournée commencée il y a 15 ans et justement nommée ‘The Neverending Tour' (‘la tournée sans fin'). À l'écran, les documentaires qui lui sont consacrés révèlent un personnage non moins stupéfiant que les films de fiction où il apparaît (Pat Garrett & Billy the Kid). Pas étonnant que dans I'm Not There, le film qui évoque sa vie, il ait fallu faire appel à six acteurs (dont une actrice) pour l'incarner ! Si l'on ajoute que Dylan a toujours eu l'intelligence de ne rien expliquer sur ses choix, ses textes, ses inspirations, on comprend mieux la force d'attraction qu'il exerce, sur le public bien sûr, mais aussi sur d'autres artistes.
Aujourd'hui, après les cinéastes, les graphistes, les musiciens ou les photographes, ce sont des auteurs de bande dessinée qui entrent dans l'univers de Dylan et en donnent leur propre interprétation. La diversité de leurs approches reflète celle de leur sujet. Götting nous livre une Lay Lady Lay de deux pages, toute de retenue sensuelle. Mattotti fait exploser A Hard Rain's a-Gonna Fall, la chanson la plus sombre de Dylan, en une apocalypse de couleurs qui déferle sur 10 pages. Zep, lui, utilise les quatre couplets de It's Not Dark Yet pour montrer Dylan à quatre époques de sa vie… Faute de place, je ne peux pas citer tous les auteurs de cet ouvrage, mais je voudrais dire à quel point j'ai été impressionné par leur travail. Dans les pages de ce livre, une vraie rencontre artistique a eu lieu : c'est une expérience, au plus beau sens du terme."

Guy Delcourt





Acheter l'album en ligne :

    



BOB DYLAN REVISITED
© 2008 Guy Delcourt Productions. Sony ATV Music Publishing France.