Osamu TEZUKA : Scénariste, Dessinateur
Osamu TEZUKA

Scénariste, Dessinateur

Biographie

On a donné de nombreux surnoms à Osamu Tezuka : " le Hergé japonais " ou encore " Manga no Kamisama " (le dieu du manga). De tels qualificatifs laissent planer un doute sur l'objectivité de leurs inventeurs. Et pourtant, l'apport de Tezuka au manga moderne est si considérable, si essentiel, que ces termes ne sont pas trop forts.Tezuka naît le 3 novembre 1928 à Osaka au sein d'une famille unie. Ses parents sont férus de manga, de cinéma étranger et y initient leurs enfants. Le petit Osamu développe très jeune une passion et un don évident pour le dessin. Dès l'âge de treize ans, il commence à crayonner des histoires sur ses cahiers d'école. Il débute sa carrière en 1946 dans un journal pour enfants, Mainnichi shôgakusei shimbun. Il n'abandonne pas pour autant l'école et entreprend de brillantes études de médecine à l'université d'Osaka, parallèlement à son activité de dessinateur. En 1947, à l'âge de 19 ans, il remporte son premier grand succès avec Shin takarajima (La Nouvelle Île au trésor), scénarisé par Shichima Sakai, et qui paraît directement en recueil. Il s'en serait vendu entre 400 000 et 600 000 exemplaires, un score impressionnant pour l'époque difficile de l'après-guerre.Ce premier succès est largement dû à un style révolutionnaire. Tezuka, très influencé par les films d'animation américains, et plus particulièrement par les frères Fleisher et Walt Disney, introduit un mouvement inattendu dans une histoire ponctuée de rebondissements trépidants : les lecteurs sont tout autant chamboulés qu'attirés par ce nouveau genre de manga. Il établit alors sans le savoir une grande partie des codes et des techniques du manga moderne.Tezuka connaît alors une ascension fulgurante. Courtisé par tous les éditeurs, il continue de dessiner et d'écrire, tout en achevant ses études de médecine. Il obtient son diplôme en 1961, mais n'exercera jamais. Fortement marqué par ses études, il aime ausculter, dans ses œuvres, les personnages avec toute l'attention et l'impartialité du praticien : il ne porte jamais de jugement préférant analyser la nature humaine avec la démarche du scientifique.Dans cette première période de création, il s'essaie à tous les thèmes : science-fiction, histoire, aventure, horreur? Il invente des histoires inédites, mais reprend également des thèmes classiques. Ses œuvres les plus célèbres de cette époque sont Lost World (1948), Métropolis (1949), Next World (1951) ou encore Faust (1950).En 1952, Tezuka quitte Osaka et s'installe à Tokyo. Il loge avec de jeunes auteurs de manga qu'il prend sous son aile. C'est à cette période qu'il signe ses œuvres les plus célèbres : Le Roi Léo (Jungle Emperor Leo), publié de 1950 à 1954 dans le magazine Shonen Club, Astroboy, paru de 1951 à 1968 dans Shonen et Le Prince Saphyr (Princess Knight). Ce dernier fût à l'origine du genre shôjo, le manga pour fille. Ces mangas, et d'autres encore, sont adaptés en dessins animés par le studio Mushi, que Tezuka a créé en 1962. Il impose alors le manga pour enfant et le dessin animé qui entretiendront dorénavant des liens très étroits.Au cours de la seconde moitié des années 60, la moyenne d'âge des lecteurs augmentant, Tezuka s'intéresse à des thèmes plus adultes. Il écrit et dessine des histoires sombres et parfois très dures qu'il met en scène au cœur même de l'histoire du Japon. On les appelle les mangas gekiga. Ce sont notamment L'Histoire des trois Adolf, Phénix ou Ayako. Il crée également un journal, COM, dans lequel il accueille de nombreux jeunes auteurs. Tezuka disparaît le 9 février 1989, à l'âge de 61 ans, laissant derrière lui un héritage de plus de 700 œuvres et une génération d'auteurs empreints de son influence, parmi lesquels un certain Katsuhiro Otomo?