Margaux MOTIN : Scénariste, Dessinateur, Coloriste, Illustrateur
Margaux MOTIN

Scénariste, Dessinateur, Coloriste, Illustrateur

Biographie

Née en 1978 en Normandie, Margaux Motin grandit à la campagne avant de déménager, à 8 ans, à Paris. Là, elle découvre Pef et Eloise de Kay Thompson, et c’est la révélation : elle veut raconter des histoires illustrées !  Plus tard, elle explore la BD avec Brétécher et Agrippine (« mon héroïne »), Bourgeon, Pratt, Manara et Sempé. Sortie de l’École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art, elle prend pourtant la tangente. Angoissée, confesse-t-elle, à l’idée de confronter son travail au regard des professionnels, elle devient serveuse puis vendeuse à la FNAC. Sa plongée dans l’édition jeunesse lui fi le « une claque » avec la découverte, notamment, de Solotaref, Nadja, Corentin ou encore Ramos. Alors, logique, elle décide de se marier. Financièrement libre de ses mouvements, elle reprend ses crayons après avoir ouvert le magazine Muteen. C’est le début de sa carrière d’illustratrice presse, à peine interrompue par la naissance de sa fi lle, son « chef-d’oeuvre». Après un plantage de son book en ligne, elle lance son blog, début d’une vie de rencontres et d’échanges passionnants. Croisé sur le net, son collègue Pacco la traîne aux éditions Marabout qui publient bientôt ses notes de blog J’aurais adoré être ethnologue (2009) et La Théorie de la contorsion (2010). Le succès de Margaux en fait vite une des reines de la blogosphère BD, et c’est elle qui illustre la tournée de Florence Foresti « Mother Fucker » (un titre qui lui va bien). 2011,elle signe Very Bad Twinz avec Pacco chez Fluide Glacial. Son livre suivant, La Tectonique des plaques, lui prendra un an et demi. Illustratrice reconnue, Margaux collabore notamment avec Voici, Marie Claire, Marie France, Cosmopolitan, Phosphore et Figaro Madame. Son trait sensuel, vivant, à la fois souple et précis, fait mouche pour dépeindre les petits travers humains dont nous souffrons tous. Outre son dessin et son sens du détail qui tue, c’est peu dire que Margaux a de l’humour. Rien d’étonnant à ce qu’elle soit l’une des meilleures ambassadrices de cette BD féminine libre et sans entrave née sur Internet.